Mardi 22 janvier 2 22 /01 /Jan 01:22

Un mur, ça sert à séparer, à mettre une distance entre une chose et une autre.
Ca sectorise, ça empèche qu'une chose ou une émotion ne déborde sur une autre.

On peut mettre des murs aussi dans notre vie, notre façon de voir les choses, les gens. Ca  permet de ne pas se laisser atteindre.

Ces murs qui se batissent entre moi et autrui viennent sans que je n'arrive à lutter contre. Je fais, comme j'ai essayé de le dire déjà; l'huitre.

Dès que je me sens blessée, atteinte, fragilisée, en danger ou que je sens que les évènements vont prendre une tournure potentiellement douloureuse, je mets un mur entre moi et la personne concernée.
Ce mur m'amène aussi à devenir dure et sèche. Comme si je cherchais à faire en sorte que l'autre, celui qui me blesse ou qui va me blesser, fasse le faux pas, dise la chose qu'il ne fallait pas pour qu'enfin, j'ai la raison pour le rayer de ma vie. Définitivement.

Je vis ça en ce moment. Eclairée ou non par l'écriture de ce blog, je me sens potentiellement atteignable par deux personnes qui m'ont et/ou vont, je le sais, me faire du mal; bien involontaire je leur accorde.

Je le sens physiquement, ce mur qui s'érige, cette froideur indifférente, cette distance qui remplace la chaleur habituelle.
Elle se répand dans mon corps, partant de mon coeur, allant dans mes membres, passant par mon esprit comme une vague de gaz mortel.

Je lutte, je me dis que je dois donner une chance, que je n'ai pas le droit de réagir comme ça. Et la vague m'immerge à nouveau; glaciale.

Cependant, je sais que ces murs sont illusoires, inefficaces, pure réaction d'orgueil d'une fille un poil capricieuse qui n'a pas ce qu'elle veut, déçue démesurément d'un rien qui lui bouffe le coeur et la tête.
Même cette réaction un poil enfantile ne m'isole pas des émotions, elle ne m'en donne que l'illusion.

Parce qu'en vrai, mon coeur a mal, mon âme pleure, je me hais un peu plus que la veille d'avoir donné encore et d'avoir si peur de perdre encore ce que j'ai donné...et que j'ai encore.

Comme si mon esprit cherchait à faire mon malheur en prédiction, avant qu'on ne me fasse du mal, m'en faire; moi; à moi.

Stupidissime, mais si difficile à contrer...

La lutte contre moi continue, encore. Mais je suis si fatiguée, si lasse, je n'y crois plus...
Les paroles, les sourires compatissants ne m'atteignent déjà plus, je me ferme; chaque jour un peu plus.
Ce soir, je me sens vide comme une coquille. Pas de perle dans l'huitre; juste un reste pas très frais du mollusque maladivement faible.

Demain est un autre jour, que je n'ai d'autre choix acceptable que de le voir venir, sans curiosité. Des projets, cette semaine, mais au fond, rien qui ne me fasse encore réellement envie, dont je me fasse une grande joie.
Juste éventuellement un moment de soleil dans la pénombre; fugace; à peine arrivé que déjà parti...

Et en même temps, si ces projets là ne se faisaient pas, j'aurais ma raison de tout envoyer bouler, pour de bon.

Désolée, ce n'est pas très gai, ni empreint d'un quelconque espoir; mais ce soir, c'est ainsi. Et je crois, qu'ici, je me sens chez moi. Sûrement parce que c'est le seul chez moi que je connaisse depuis longtemps, c'est la colloc que je n'ai pas...

Par ether-et... - Publié dans : Un peu de moi
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés