Lundi 19 mai 1 19 /05 /Mai 12:46





Boulversée, remuée, perturbée. Ecrire "le dire" m'a pour le moins secoué les entrailles.
Partie pour partager un moment important, mon esprit a emprunté un chemin inattendu.


Plus que de la narration, rédiger cet article fut une épreuve. Faire face à toutes les questions qui se bousculaient, revivre l'émotion de ce samedi après midi, comprendre que ce moment avait bien plus de sens que je ne le pensais m'a profondément ébranlée.

L'écriture avançant, je constatais certains paradoxes, certaines zones d'ombre.

Le fossé entre mon aisance à parler de mes agressions et le mutisme buté affiché à mes parents pose un grand nombre de questions. Ces deux attitudes tellement opposées sont elles vraiment de mon fait ou sont elles l'expression de deux Ether distinctes et semblables?

Le sentiment d'être duelle cet après midi là, d'être moi même et cette enfant que j'étais à six ans m'émeut au plus au point.

Perdue dans les méandres des mes émotions, j'ai appelé une amie très tard hier soir.
J'avais besoin de mettre de l'ordre dans mes pensées, de trouver la sortie de ce nouveau dédale.
Besoin d'être rassurée, d'entendre que ma confusion, ma sensibilité à fleur de peau n'étaient pas surpenantes.
Parler à une oreille amicale, écouter son opinion pour faire la lumière sur ce malaise.

J'ai raccroché plus d'une heure plus tard, épuisée, mais avec une image en tête; celle d'un champ parsemé de fleurs blanches.




Cette discussion m'a permis d'accepter les oppositions contre lesquelles je luttais, sans vouloir admettre qu'elles sont dûes à la rencontre improbable d'une personne avec la part d'enfant qui n'était plus en elle depuis sa blessure.

Je savais depuis quelques temps que je devais réconcilier la petite fille et l'adulte, que je devais retrouver la partie de moi qui était resté bloquée dans cette cave.
J'ignorais comment et où la chercher, je doutais même de sa survie.

Hier soir, j'ai admis qu'elle était là, que depuis cette discussion avec mes parents, j'étais pour la première fois entière, complète.

Et depuis hier soir; bien que profondément bousculée, émotivement plus que fragile, je suis heureuse.

Parce qu'enfin, je sais, je suis sûre que j'ai de nouvelles armes, de nouveaux atouts pour affronter ma vie.

Cette fois, ce n'est pas de la rencontre avec autrui dont je tire de la lumière, mais de moi.

Par ether-et... - Publié dans : Viols et conséquences
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés