Samedi 22 novembre 6 22 /11 /Nov 12:49

Un matin, un week end, une grasse matinée pas trop honteuse, un soleil immense inonde le salon.

La chaleur d'un cocon douillet, le sourire de gens qu'on aime, une journée qui promet d'être sereine...je lambine en sirotant le café chaud préparé par un Lex attentionné.


Que va t'on faire ce week end de visite amicale?

Comment est mon esprit ce matin?


Les brumes de la nuit se dissipent...dans mes veines, le sang est neuf.

La dialyse du psy continue de laver mon corps des déchets du passé.

Que c'est étrange d'aimer se lever! Que c'est bon de voir des gens qu'on apprécie le matin, au réveil!


Depuis quand n'ai je pas ressenti cette sérénité, cette complète certitude d'appartenir à ce monde?

Depuis...jamais je crois...


Je prends mon chien, sors le promener sous les rayons bienveillants de ce soleil si franc. Mes cheveux s'envolent et tourbillonnent; le mistral donne à la matinée un grain de folie rafraichissant. Mes joues rosissent au fur et à mesure que j'avance.

Mon loulou peine à avancer, ses cinq kilos ne font pas le poids contre un mistral rageur...Je le prends dans mes bras, sa chaleur, la douceur de ses poils me réchauffent le corps et le coeur. Ma petite boule de poils tant aimée, mon compagnon des jours sombres et tristes, mon ami le plus fidèle qui me rassure d'un regard adorateur...


Je le pose dans un champ un peu abrité du vent et le regarde humer l'herbe ici et là. Je suis attendrie de le voir ainsi, insouciant, heureux de pouvoir courir, sentir, jouer.


La promenade achevée, nous rentrons. Loulou cours comme un fou devant moi, pressé d'avoir sa récompense, son gâteau post pipi.


Mon inclassable est levé, les cheveux en bataille, la barbe naissante obscursissant son visage. Le regard est lourd d'une nuit trop courte, et au fond de ces yeux si connus, plus forte qu'à l'accoutumée, cette lueur sombre qui me fait connaitre que ça ne va pas.

En une seconde, je vois, je sens qu'il y a un truc qui cloche.


Je vais dans ma chambre comme une invitation à me rejoindre, à venir me dire ce qui obscurcit son âme.

Il me parle, m'explique, me dit; et en moi je sens une force, un calme, un zen inconnu m'emplir.

Oui, j'entends tout ce qu'il me dit, oui, je comprends les doutes, la déception.


Mais en moi, je sens que rien n'est aussi grave que celà semble être, en moi, je sens la force qui me manquait jusqu'alors de le porter, de l'aider jusqu'à ce que le soleil entre en lui et l'inonde enfin de ses rayons chauds et protecteurs.


La discussion s'achève avec mes conseils amicaux. Avisés je l'ignore, mais empreints d'amour.


Je repense à lui, à la douleur qui vrille son âme depuis si longtemps; et bien que je souffre de le voir ainsi, je ressens ces émotions si nouvelles.


L'écouter n'enlève pas mon zen, pas ce sentiment d'être vraiment en vie, pas cette nouvelle sensation inespèrée d'avoir finalement envie. De tout, pour moi, pour lui, pour ceux que j'aime.


Et je sais, au plus profond de mon coeur que le jour où lui aussi ressentira tout ça n'est pas si loin. Même si le chemin reste difficile, l'arrivée dépasse de loin toutes les espérances...


A moi de lui insuffler ma force nouvelle, à moi de lui transmettre mon zen, mon envie, la vie toute neuve qui coule dans mes veines.




Par ether-et... - Publié dans : Le monde...autour
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés