Histoires d'un jour

Samedi 13 septembre 6 13 /09 /Sep 16:31

Partir à plus de 800 kms nécessite un minimum d'organisation.

Comment emmener mes 20 mètres cube de bazar sans solliciter tous mes amis et les amis de mes amis?
Comment éviter de me fader un aller retour, soit plus de 1600 kms avec un camion de location au début des grandes vacances?

Une seule solution : le déménageur.

Forte d'avoir rencontré lors de mes tournées boulot un spécimen de cette espèce étrange, je me saisis du téléphone pour demander à ce brave homme un devis.

" Bonjour, c'est Ether, l'infirmière, vous vous rappelez? Ben voilà, je déménage et j'ai besoin d'un devis"

Pas folle la guèpe, je demande moult devis à quantité de sociétés de déménagement.

Je me retrouve avec un fourchette de devis allant de 1400 euros à 2400 euros... Il va sans dire que les plus chers sont allés se rhabiller.

Mon déménageur de patient m'offre un devis de plus de 2000 euros...Là, ça va pas y en être possible mon bon monsieur... Un petit effort ne serait pas malvenu...

Qu'à celà ne tienne, nous feront un co-déménagement; méthode semblable à celle du covoiturage; deux déménagements dans le même camion. Résultat : 1400 euros notre dernier mot.

Cool, il s'est aligné sur le moins cher, allons y; je signe le devis.

Là, les soucis commencent.

Monsieur déménageur m'envoie son jeune chien fou pèteux de fils pour finaliser l'affaire. Le courant passe mal, il me hérisse le poil, le garçon. Il me gratifie de "Mme Ether" à tout bout de champ, au point que j'en ai une indigestion. Le ton mielleux du faux cul sûr de lui, il a un peu tendance à oublier que c'est de mon déménagement dont il s'agit et pas du sien.

Passons...

J'apprends que je déménage le lundi à 7h du mat et que j'emménage le même jour en fin d'après midi... Laisse moi faire un calcul rapide...
Déménager mon appart, facile deux heures, trajet; au minimum huit heures, sept plus deux plus huit égal......dix sept sans compter de pause et en calculant au plus juste, mon emménagement ne se fera pas avant 17 heures, comment je fais pour nettoyer mon appart, moi???

Stress, le pèteux se pointe un beau jour pour me donner des cartons. Ben oui, à ce prix là, on fait ses cartons tout seul...
Je lui fait part de mon inquiètude et il me répond que ça tombe bien, il attend une réponse d'un client qui ferait passer mon déménagement au samedi au lieu du lundi et l'emménagement au lundi matin au lieu du lundi soir.
Cool!!
"Promis, je vous appelle lundi pour vous tenir au courant"
Vaut mieux, c'est la dernière semaine...

Lundi, pas d'appel... Mardi je prends mon telephone pour en savoir plus.

" ben oui, Mme Ether, on embale le fragile jeudi, on vient samedi après midi pour le déménagement et on emménge le lundi matin"

Merci de me prévenir... Sauf que moi le jeudi, je suis pas là... L'emballage des fragiles se fera donc le vendredi, la veille du déménagement.

Vendredi arrive, les messieurs aussi. Investissement de mon chez moi comme une armée qui prendrait d'assaut un pays convoité. Délicatesse où es tu?

J'apprends avec stupeur qu'en fait de déménager le lendemain après midi, ils viendront le matin à 9 heures et qu'au lieu d'emménager le lundi, ce sera le dimanche matin...

Rapé pour la pause chez mes parents, savent pas que je suis seule pour me fader les 850 bornes?

Enervée, je fait part de mon inquiètude, je me vois rétorquer que "pas le choix, un autre emménagement sur la région ne laisse aucune autre possibilité"

Un des employés m'apprend qu'en fait, il n'y a que moi, personne d'autre n'emménage sur la région se jour là, mais que cela arrange le petit con de patron.

Grrr je prends mon teléphone et là, je gueule. Pas contente Ether, pas un jouet, Ether.

Le ton change, le miel coule à flot, j'en suis encore poisseuse. " Nous feront tout notre possible pour vous être agréable Mme Ether, nous vous aideront"

Bref rien à faire, ce sera comme ils ont décidé. Mais je reste ferme sur un point: ils ne touchent pas au contenu du camion tant que je ne suis pas là.

Je me couche vers 3 heures du matin pour avancer le plus possible, me lève à 6h30 pour débrancher ce qui doit encotre l'être, vider et nettoyer mon frigo, bref, être prête pour 9 heures.

L'heure arrive seule. Personne ne sonne à la porte.
Dix heures, dix heures trente, je bouillonne. Je téléphone, répondeur.
Je laisse un message assassin.
Rappel quelques minutes plus tard "nous avons finalement fait un autre déménagement avant vous, juste à côté, nous sommes là d'ici trente minutes"
Sérieux et professionnalisme, quand tu nous tiens...

Ils arriverons une heure après, je suis plus que stressée, j'ai envie de faire de la chair à déménageur.
Mon frère et un ami sont venus me porter main forte, je peux fermer la porte de mon ancienne vie derrière moi à 18h30.
Pas le temps de s'apitoyer, j'ai 400 kms à faire pour aller chez mes parents.
Je monte dans ma voiture bondée et file, courbée de fatigue vers le havre de paix qui m'acceuillera le temps d'un petit somme.

Arrivée vers 21h30, le repas m'attend. Pas le moment de relacher la pression, c'est pas fini encore, je dois partir le lendemain matin à 5h pour être à 10 heures dans mon nouveau chez moi.

Des cernes pouvant contenir la totalité du déménagement, je prends la route à l'heure dite, avec un mélange d'excitation, de stress et d'angoisse.

J'arrive sur place, ils sont là depuis deux heures et je m'en fous.

Je tente de prendre un café, pas moyen, un tornade s'abat sur l'appartement, les déménageurs n'ont manifestement pas l'intention de tenir leur promesse selon laquelle ils devaient m'aider à ranger.

Mon nouveau collocataire toujours inclassable et moi les regardont effarés, remplir les lieux sans se soucier que ce soit vivable ou pas.
 
En une heure et demie, l'appartement ressemble à un dépot vente mal rangé, je vois un papier flotter sous mes yeux, le reçu, faut signer ma bonne dame!!

Là, mes yeux filent vers mon frigo et je vois deux magnifiques bosses, toutes neuves.

J'en fait part au petit con de déménageur qui me dit sans ciller "c'est pas nous, c'est pas possible, j'en suis certains"

Bien sûr, je l'ai lavé la veille et ce n'était pas là, j'en suis absolument certaine.

Qu'est ce qu'une réponse de déménageur malhonnête?

"z'avez qu'à mettre du tipex, ça se verra pas"

Il me reste à ce moment là deux solutions:

1/ lui faire bouffer son papier et le faisant passer avec mon poing dans la figure
2/ laisser tomber

Je choisis la deuxième, épuisée, je veux que tout cela s'arrête.

Le petit con repart avec ses employés, nous laissant seuls devant une montagne d'affaires posées anarchiquement ça et là.

Grosse, grosse fatigue...

Par ether-et... - Publié dans : Histoires d'un jour
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 2 juin 1 02 /06 /Juin 10:52

Déménager, partir loin, vers de nouveaux horizons, découvrir une nouvelle vie, de nouveaux lieux, un nouveau travail.

C'est aussi tout laisser derrière soi. Ses amis, sa famille, ses repères.

Changer tout comme un serpent changerait de peau. Effacer l'ardoise en apparence, alors qu'en fait, on l'alourdit.

Depuis aussi longtemps que je travaille, je suis instable. Je ne signais jamais de CDI de peur de me sentir liée, emprisonnée, engagée. Reine de l'intérim, j'aimais me sentir libre de travailler ou pas, de quitter mon poste à la seconde si quelque chose ne me convenait pas.
Je ne rechignais cependant pas à avaler les kilomètres pour me rendre sur une mission.
L'attrait du neuf, le refus de me sentir assommée par le poids de l'habitude; je me plaisais à découvrir la France, les gens que je rencontrais sans jamais m'engager vis à vis d'eux.

Je faisais mon travail et je repartais; comme j'étais venue. Rien de moi ne filtrait. Juste la face professionnelle de ma personne. Celle que je suis, ce que je pensais, tous l'ignoraient.

Dans ce chaos apparent, restait mon chez moi. Plus une sorte d'hôtel que véritable chez moi, j'y posais toutefois volontiers mes valises le temps de quelques jours de repos.

Et un jour, ce lieu me parut trop étriqué, trop limité. La ville dans laquelle je "vivais" trop petite pour moi, pour mes attentes et mes rêves.

Alors je suis partie. Charger le camion et monter à Paris.

Après la découverte émerveillée de la vie à la grande ville, la désillusion. Une année de difficultés. Je n'aimais pas cette ville, je voulais partir à nouveau.
Mais comment faire sans offrir à ceux qui n'attendaient que mon échec parisien la satisfaction de pouvoir me dire "je te l'avais dit"??

Serrer les dents, continuer, attendre. Patience, ça s'arrange toujours.

Finalement, je me suis réconcilliée avec la capitale. J'ai appris à la connaitre, elle a appris à me respecter et à me donner ce que j'attendais d'elle.
Je m'y suis fait des amis, des copains. Je me suis installée dans un travail qui me convenait.

Le ronron que j'avais toujours craint est arrivé, mais cette fois, sans me peser.

Je vieillis semble t'il....

Et puis l'autre qui change beaucoup, qui par son sourire, par sa voix, par ce qu'il est ouvre d'autres portes, offre d'autres horizons.

Ce qui n'était qu'une simple discussion est devenu une réalité. Partir pour être ensemble, vivre côté à côte.

Tout quitter juste pour un ami semble fou.
Ca l'est.

Oui, je quitte un endroit que j'aime, un appartement que j'ai occupé pendant six ans, des amis que j'aime et qui comptent énormément pour moi, un travail que j'aime.
Oui,je quitte tout ça pour vivre dans une ville que je connais peu, dans un appartement que je partagerai, où je n'ai qu'un seul ami, sans avoir de travail.

On peut dire que je suis folle; mais ce que je vois, moi, ce n'est pas ça.

Aucune situation ne peut s'améliorer si l'on n'ose jamais. Aucune vie ne progresse si on ne lui donne pas l'essor nécessaire à son épanouissement.

Je quitte tout pour le soleil, la chaleur, la découverte d'un autre monde, la stimulation nécessaire pour donner à ma vie professionnelle un autre sens.

Les difficultés seront de la partie, je le sais. Ce sera financièrement un challenge.
"Plaie d'argent n'est pas mortelle" disait mon père. Je le crois.

Si ma vie stagne à Paris, à moi de lui donner une direction nouvelle. A moi de l'orienter autrement.

Je suis curieuse, j'aime découvrir, j'aime les défis un peu fous.
Si je me trompe, si je me plante, j'aurai au moins essayé.

En attendant, je me débats dans les cartons, les devis, les courriers à tous les organismes possibles et imaginables.

Et j'avoue, je suis fatiguée, là.

Fatiguée, mais pressée et heureuse.

Par ether-et... - Publié dans : Histoires d'un jour
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 2 janvier 3 02 /01 /Jan 20:30

Et voià, il est passé ce réveillon que je craignais tant!

De surcroit, il s'est magnifiquement bien passé; en compagnie de quelques personnes que j'aime beaucoup.

L'an 2008 m'apporte une nouveauté: un réveillon dans la gaité, l'harmonie, la simplicité.

Que du bonheur! Bien mangé, bien bu, bien ri...

Merci à ces personnes qui ont fait de cette soirée un moment de pur régal.

A tous, une merveilleuse année 2008, remplie de tout ce que vous pouvez souhaiter de plus beau.

Par ether-et... - Publié dans : Histoires d'un jour
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 28 décembre 5 28 /12 /Déc 06:12
Le matin; tôt, le matin. Très tôt. Trop tôt.
Je me lève, il est quoi? 5h, 5h 15?

La nuit est toujours là, mes semblables dorment encore, et ma machine à faire du bruit me lancine le crâne pour me sortir de la tièdeur de mon lit, de la douceur de mes rêves.
Saleté de réveil!

J'aime le soir, j'aime la nuit. 

Mais j'aime pas le matin.
Je veux dormir le matin, dormir de ce que la nuit ne veut pas me donner, dormir pour ne pas penser, ne pas affronter le froid, les gens, l'agressivité du dehors.

J'aime pas le temps qui passe trop vite quand je me lève. Ca file, très vite. 6h, 6h15, va falloir bouger, lâcher l'ordinateur, mettre mon costume, me fabriquer une tête, mettre mon sourire.

Je ne m'y habitue pas. Je veux dormir!!!!
Par ether-et... - Publié dans : Histoires d'un jour
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés